jeudi 28 août 2014

Critique : "Iron Man | Le manuel"


Voilà plusieurs semaines que je suis en possession du Graal. En me baladant chez Cultura, je suis tombée tout à fait par hasard sur le manuel d'Iron Man, présenté à côté du rayon comics. Tournant de l'oeil à cause de sa beauté (et de son prix), je me décide à l'acheter. Le soir venu, la surprise était totale.


A première vue, on pourrait penser qu'il s'agit d'une sorte d'Artbook. En réalité, ça se rapproche d'un manuel ludique, un guide permettant de tout comprendre sur l'univers d'Iron Man. Au début, un préface nous permet de comprendre que c'est Jarvis, l'intelligence artificielle mise au point par Tony Stark qui va être le narrateur tout au long du manuel. Celui-ci est d'ailleurs de base adressé à Pepper Potts, de manière à ce qu'elle soit au courant du déroulement des événements passés entre le premier et le dernier film (Avengers compris).


Le manuel compte sept chapitres, comprenant plusieurs sous-parties. Chaque chapitre est considéré comme un dossier numérique, le sommaire est donc appelé "Navigation", et propose les 7 choix suivants :
  • 01. Comprendre Tony Stark
  • 02. Stark Industries, une tradition d'innovations
  • 03. Forger Iron Man
  • 04. La maison et l'atelier
  • 05. Armement : les armures d'Iron Man
  • 06. Menaces globales
  • 07. Les alliés de Mr. Stark

Les grandes lignes de l'histoire de Tony Stark, de son entreprise et de l'armure sont rappelées, et toujours complétées par des détails sur l'univers d'Iron Man. Ainsi, le lecteur pourra en découvrir un peu plus sur le profil psychologique et la vie familiale de Tony, par exemple. Les textes sont courts, mais cela ne lèse pas les explications. Dans ce manuel, rien n'est laissé au hasard, toutes les facettes du super-héros et de ses aventures sont expliquées.


Selon moi, "Iron Man : Le manuel" repose sur deux points forts. 
Tout d'abord, son esthétique. Le manuel est juste super beau. Le réacteur Arc sur la couverture donne une côté sobre qui pousse à ouvrir le livre par curiosité. A l'intérieur, la sobriété n'est plus de mise. Sur fond bleu nuit, les photos colorées des films et le texte gris métallisé se détachent à merveille. Le papier est d'excellente qualité, la texture est entre le papier photo et le papier glacé. En plus des explications très complètes et des magnifiques photos, des dizaines de "goodies" apportent un plus à ce manuel : schémas du réacteur Arc et de l'armure Mark I, billet de la Stark Expo ou encore messages post-it rédigés par Pepper, tout est fait pour que le lecteur soit totalement immergé dans l'univers d'Iron Man.


Le deuxième point fort est incontestablement le chapitre 05, consacré à l'Iron Legion. Avec des pages dépliantes, toutes les armures d'Iron Man sont décrites et présentées en photo sous toutes les coutures. On découvre alors des armures presque inédites, aux fonctions multiples. Et ça, ça fait vraiment rêver.

Côté points négatifs, je n'en ai trouvé qu'un seul : les fautes d'orthographe. Et oui, ça m'a paru bizarre mais après vérification, deux ou trois petites fautes se sont glissées dans le manuel. Il me semble qu'il vient à peine d'être traduit en français, donc les prochains manuels imprimés seront certainement corrigés. Rassurez-vous, il n'y a pas une faute tous les trois mots, ça ne gâche en rien le plaisir de lire ce manuel.


Vous l'aurez compris, "Iron Man : le manuel" m'a conquise et plaira très certainement aux amateurs de l'univers d'Iron Man, ou même à ceux qui voudront en apprendre plus à ce sujet.

IRON MAN : LE MANUEL
Publié en 2013 aux USA sous le titre original : Iron Man manual
Publié en France en juin 2014
Éditeur : Huginn & Muninn
151 pages 
~ 39,95€ (Fnac / Cultura)

mercredi 23 juillet 2014

Recette - Rainbow muffins


Bonjour mes petites fondues de poireaux ! Ça fait plusieurs fois que je tente une recette de rainbow muffins, et ça intrigue pas mal de monde. J'ai donc décidé de poster ici la recette que j'utilise d'habitude. C'est très facile à faire et la cuisson est assez rapide.

Pour une vingtaine de petits muffins, il vous faudra :

• 400g de farine
• 300g de sucre en poudre
• 1 sachet et demi de levure chimique
• 4 oeufs entiers
• 220g de beurre
• 2 yaourts nature
• 400 grammes de chocolat pâtissier 
• Des colorants alimentaires

Petite précision concernant le chocolat mon jeune ami : achète tes propres tablettes et concasse-les. Tout d'abord, parce que les pépites toutes prêtes coûtent une blinde, mais aussi parce que c'est vraiment meilleur avec de gros morceaux de chocolat bien fondants. C'est la partie un peu chiante de la recette, mais sincèrement ça vaut le coup.

Fais préchauffer ton four à 180°C (ça correspond au thermostat 6). Si tu peux utiliser la chaleur tournante, c'est formidable.

Prépare ton chocolat concassé. Personnellement, j'utilise un immense couteau de cuisine sur une planche à découper pour réussir à faire des morceaux plutôt petits.

Coupe le beurre en gros morceaux et fais-le fondre à feu doux. Puis garde-le quelque part dans ta cuisine (mais à portée de main tout de même, le but n'est pas de jouer à "mais où est passé le beurre fondu ?").

Si tu n'as pas la chance d'avoir des moules en silicone bien pratiques, tu peux beurrer légèrement tes moules old school.

Arme-toi désormais de ton saladier le plus robuste. Mélange le sucre et les œufs. Une fois que la texture est lisse, rajoute la levure chimique et la farine. C'est là que tu vas faire travailler tes petits bras pour éviter les grumeaux. Si ça devient trop difficile à mélanger, pas de panique, tes sauveurs arrivent.

→ Rajoute le beurre fondu et les deux yaourts nature pour que la pâte redevienne souple (et que tu arrêtes de souffrir à force de mélanger vigoureusement). 

Une fois que ta pâte est toute belle et prête, rajoute les morceaux de chocolat que tu auras concassés avec joie et délectation quelques instants plus tôt.

→ Nous allons maintenant passer à la partie rigolote de la recette. Choisis le nombre de couleurs que tu souhaites réaliser (d'habitude, j'en fais 4 ou 5), et prépare un bol/saladier par couleur. Tu vas donc diviser ta pâte selon le nombre de couleurs souhaitées en remplissant chaque bol de manière relativement égale.

→ Colore chaque pâte contenue dans les différents bols avec plusieurs gouttes de colorants alimentaires. Souvent, le nombre de gouttes à mettre pour obtenir telle ou telle couleur est indiquée au dos de l'emballage (par exemple on doit mettre 7 gouttes de bleu et 5 de rouge pour faire du violet, il me semble). N'oublie pas que la pâte est plutôt jaune, et donc que si tu ne mets pas assez de bleu dedans, ça donnera un vert ressemblant à un écrasé de shrek. Bref, défoule ton petit côté artistique mais fais hyper attention, les colorants alimentaires tâchent la peau et les vêtements.

→ Une fois que chacun des bols est prêt, remplis chaque moule avec une cuillère de pâte de couleur différente (idéalement, les moules doivent être remplis aux 2/3). Tu peux tenter une séparation des couleurs parfaites pour que tes muffins ressemblent à ceux qu'on voit sur tumblr ou weheartit. Personnellement, je fais plus dans le psychédélique et j'aime un peu faire n'importe quoi (ça se voit d'ailleurs sur mes photos).

→ Enfourne joyeusement tout ceci pendant 20 minutes. Pour la suite, tu connais l'histoire de la pointe du couteau pour vérifier que c'est bien cuit. 

Si tu veux avoir un aperçu de ce qu'est le paradis, je te conseille de déguster tes merveilleux rainbow muffins dix minutes après leur sortie du four. Tu peux aussi les conserver dans du papier d'aluminium pour en faire profiter tous tes amis (ou aussi les garder pour ton petit déjeuner du lendemain si tu es sociopathe).

J'espère que cette petite recette bien enjouée vous a plu, n'hésitez pas à me faire part de vos retours !